Témoignages


Le massage « Carpe Diem » imaginé par Alexandrine est une véritable parenthèse de douceur. J’ai ressenti beaucoup d’attention dans son approche et une écoute respectueuse des besoins de mon corps. Mêlant plusieurs techniques qu’elle s’est appropriées et qu’elle restitue en un parcours singulier, le va et vient de ses mains a pour effet de bercer et de réveiller à la fois certaines parties du corps. Les pressions, plus ou moins intenses mais toujours agréables, délassent en profondeur et procurent un bien-être durable. Ce massage a été un grand moment de calme pour moi-même, dans un environnement accueillant et bienveillant. Je me suis sentie très bien après le massage, profondément reposée et apaisée. Un thé offert à la fin permet de reprendre ses esprits en douceur et de prolonger ce moment.

Laurence G.


Je suis venue vers vous par hasard car habituellement seul mon kiné me touche. Mais, depuis notre rencontre, je ne me suis jamais sentie aussi bien et je vous en remercie sincèrement. Ce fut une très belle rencontre avec une personne très à l'écoute, d'une gentillesse rare et que j'ai l'impression de connaitre depuis longtemps. Je ne vous remercierai jamais assez de m'avoir aidée à comprendre certaines choses en si peu de temps. Vous donnez de manière inconditionnelle et pour la première fois de ma vie, j’ai reçu ! J’ai reçu de vos mains une attention, une écoute, un soulagement… J'ai l'impression de ne plus être la même personne. Je ne comprends pas tout ce changement, mais je l'apprécie. Désormais, je ne ressens plus cette fatigue, je respire normalement, je n’ai plus cette impression d'étouffer et l'angoisse s'est dissipée. J'ai apprécié chaque seconde de votre massage. J’aurais encore beaucoup à écrire mais je voulais tout simplement vous remercier et vous dire que mon souhait est de revenir !                                                                                                                                                                                                                   Josyane N.